Galerie d'Artistes Annuaire de l'Art Annuaire de l'Art
FATEMA BINET OUAKKA
FATIMA BINET OUAKKA
evenementiel

 

TUNIS LE 29 SEPT 2018
" Drones et robots pour la paix "
DISCOURS DE FATEMA BINET OUAKKA

Monsieur le Ministre des Affaires Culturelles de Tunisie
Monsieur le Président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme du Quatar
Monsieur le Président de l’Institut Arabe des Droits de l’Homme
Madame la représentante du secteur des Sciences Sociales et Humaines de l’UNESCO
Monsieur le Président de la Conférence Internationale des ONG,
Comité de Liaison UNESCO/ONG

Mesdames, Messieurs,

La Journée Internationale de la Paix symbolise notre aspiration commune à mettre fin aux conflits sous toutes leurs formes et à protéger les droits de la personne pour toutes et tous.
C’est avec un grand plaisir que nous la célébrons ici à Tunis avec des lauréats du prix Nobel de la Paix 2015 que certains d’entre nous ont rejoint en 2017 avec le prix Nobel attribué à la campagne "I CAN" du traité d’Interdiction des Armes Nucléaires.
C’est une occasion de faire cesser la violence et les conflits dans le monde entier, il importe de la faire connaître et observer le plus largement possible au sein de la communauté mondiale.
Chaque année les manifestations sont plus variées et plus nombreuses.

A l’UNESCO le projet présenté en décembre 2016 à la conférence internationale des ONG "Drones et robots pour la paix" accepté par le comité de liaison a rapidement obtenu le soutien d’une cinquantaine d’ONG.
Des équipes de tout pays, notamment des équipes de jeunes, ont été sollicitées pour élaborer des oeuvres plastiques autour du thème des robots et des drones pour la paix.
Notre ami vidéaste et militant de la paix de longue date Claude Yvans nous présentera ce matin le film réalisé à partir de toutes les contributions reçues et vous permettra d’être le témoin d’un travail d’éducation et de création à la paix d’équipes de 14 pays de plusieurs régions du monde.

C’est un apport original des ONG à la finalité de l’UNESCO qui est d’élever dans l’esprit des hommes les défenses de la paix. Pendant un an et demi le groupe d’ONG s’est réuni chaque mois avec des représentants du comité de liaison pour adapter et enrichir le projet et ont sollicité leurs organisations locales de plusieurs pays pour présenter des oeuvres.

"fin citation " Projet "drones et robots pour la paix" présenté par Michel Thouzeau coordinateur du projet.

 

Ce n'est pas sans émotion que je m'adresse à tous ces enfants

Regard que l'on porte sur la langue des signes.

Proposer à des enfants sourds marocains, une question qui a été posée de manière très générale a des enfants du monde entier dans le cadre des activités de AIAP ONG partenaire officiel de l'Unesco.
Plus précisément, il s’agit de la Journée Mondiale de la Paix 2017 qui consiste à faire réfléchir des enfants, quel que soit leur identité, sur une question d’actualité.
Et cela, même s’ils connaissent mal cette question, l’important étant d’élargir l’imaginaire des enfants et de leur faire découvrir des problèmes qu’ils ignorent pour la plupart d’entre eux. J’ai pris l'initiative une, de faire réfléchir des enfants sur l'usage des drones en faveur de la paix, l’événement se nomme :

ENSEMBLE POUR L’ART,
ENSEMBLE POUR LA PAIX,
LES ENFANTS S'ENGAGENT…
LES DRONES ET ROBOT POUR LA PAIX

Devant la multiplication des usages militaires des drones qui sont à la fois des moyens d'observation, mais également des moyens de neutralisation de combattants, une nouvelle question se pose :
peut-on imaginer d'autres usages des drones qui consoliderait la paix ?
Comment un enfant qui, la plupart du temps, n'a jamais vu de drone, pourrait-il dessiner des drones qui pourraient avoir pour finalité de créer des conditions de paix ou de consolider la paix entre des groupes antérieurement antagonistes ?

J'ai donc été contactée afin de mener à bien ce projet, puisque déjà intervenue dans plusieurs écoles rurales de la région des Aît Sadden à l'est de la ville de Fès ainsi que, plus récemment dans la ville de Salé, consulat du Maroc à Pontoise.
J'ai apporté mes connaissances et mon expérience, parfois du matériel, afin de permettre à des enfants d'enrichir leur imaginaire en maîtrisant des outils de communication par l'image dont ils n'avaient pas antérieurement la maîtrise.

Proposer à des enfants la création de machines nouvelles sur le modèle de ce qui avait été fait jadis par Léonard de Vinci, fut un thème qui apporta beaucoup de surprises devant la diversité des propositions faites.
Cela n'a l'air de rien, mais l'enfant qui participe à de telles manifestations en sort profondément transformé puisqu'il prend conscience de ses capacités tout comme il est amené à porter un regard nouveau sur des réalités étrangères dont il n'avait aucune connaissance antérieurement.
C'est la conception même de l'identité qui est alors remise en cause. L'enfant qui se joint à d'autres enfants de culture ou de milieux sociaux différents de ceux qu'il connaît, par ses créations est valorisé et reconnu pour ses capacités créatives.

Enfants Amazighophone dans des milieux citadins arabophones.
On voit donc l'ambition multiple de ce projet qui vise à consolider, par la découverte de techniques nouvelles d'expression ou par l'appropriation de potentialité nouvelles de leur imagination, l'image que les enfants sourds se font d'eux-mêmes.
Ces enfants peuvent ainsi changer l'image qu'ils se font non seulement d'eux-mêmes, mais également des autres.
Nous avons donc, montré à ces enfants des images de drones civils et militaires, mais également de drones qui ont des usages explicitement pacifiques. Par exemple, il existe des drones lumineux qui produisent dans le ciel nocturne des images colorées très différentes de celles créées par les feux d'artifice de jadis.
On a également aujourd'hui des drones peintres qui peuvent créer des images monumentales dans des espaces où l'homme a difficilement accès. La question posée aux enfants marocains lors de cette opération intitulée :

Drôle de paix, drones de guerre,
drones pour la paix,

sera plus ambitieuse : peut-on imaginer que ces nouveaux outils que sont les drones, puissent devenir des créateurs de paix ?
Rien n'empêche, en effet de doter très rapidement ces outils d'intelligence artificielle afin de les faire agir de manière autonome, peut-être même afin de les faire coopérer entre eux au service d'une humanité dont les divers groupes pourraient être ainsi appelés à unir leurs efforts vers des projets communs.

On se souvient que l’astronaute Thomas Pesquet vient de rentrer sur la terre. Il a fait, au cours de son séjour dans la capsule spatiale de nombreuses photographies de la terre, en particulier du Maroc. On y perçoit nettement les changements climatiques en cours en voyant des zones abandonnées récemment par les hommes. En janvier dernier, j’ai rencontré un autre astronaute, Michel Torrignini qui m’a dit la même chose.
Les drones ne volent pas à une telle distance, mais ils permettent eux aussi, de changer plus que le simple regard les représentations intellectuelles.
Ce que ces astronautes ont vu, les enfants devront l'imaginer à des distances plus réduites. Mais là n'est pas l'essentiel puisqu'un drone n'est pas seulement une machine destinée à voir. On pourrait même penser à créer des drones qui seraient volontairement dépourvus d'un ou de plusieurs organes des sens afin d'observer comment ils évolueraient individuellement ou collectivement.

Mais avant d'aller aussi loin, il convient de se demander si les drones ne peuvent pas, dans un avenir proche, rendre des services qui obligeraient des groupes hostiles à coopérer afin qu'un bien commun à tous les deux puisse exister et perdurer.
C'est à cette condition que les drones, débarrassés de tout usage militaire, voire terroriste, pourrait contribuer à amener l'humanité à construire des relations plus solidaires, donc porteuses d'épanouissement pour les individus en ce qu'ils deviendraient respectueux les uns des autres.

Voilà comment, avec une population nouvelle, une aventure originale peut se développer au cours de cette année. Bien évidemment, ceci suppose que chez les enfants sourds eux-mêmes un désir de paix se soit développé. Mais l'événement auquel a contribué la Fondation pour enfants et jeunes sourds aurait aussi comme but de renforcer ce désir chez les jeunes qui vont être nos collaborateurs. ils vont être appelés à cultiver en eux ce qu'ils ont de meilleur et que nous partageons tous lorsque nous cherchons à donner forme au plus, aux aspirations de notre humanité commune.
Nous espérons ainsi que chacun de ses enfants sourds, qui sont également nos enfants, pourront ressentir au plus profond d'eux-mêmes cette paix du coeur et de l'esprit qui font ensuite la grandeur des meilleurs d'entre nous.

C'est par cette paix présente au fond de nos esprits que nous pouvons collaborer avec d'autres hommes différents de nous, quelles que soient ces différences.
C'est également ce sentiment profond de sérénité qui nous rend responsables des autres et qui peut nous amener à cultiver en chacun ce désir de paix afin de le faire fructifier et rayonner.

Mark Twain ne disait-il pas que la gentillesse est le langage qu’un sourd peut entendre et qu’un aveugle peut voir. Il existe des valeurs morales qui nous permettent de dépasser l’idée même de handicap.
L'initiative de permettre à cette manifestation d'exister tout simplement et de nous faire prendre conscience que ce qui est dit ici avec des mots pourrait également l'être, mais d'une tout autre manière, par des gestes, des mimiques ou des attitudes utilisant des mouvements porteurs de sens.

 

Retour haut page




 

 

 

 


Contact France Art Realisation| Adhesion | Informations aux artistes